Hamed BAKAYOKO

Accueil > Actualités > Actualité > ATTENTATS DE BASSAM : INTERVIEW DU MINISTRE D’ETAT Hamed Bakayoko

ATTENTATS DE BASSAM : INTERVIEW DU MINISTRE D’ETAT Hamed Bakayoko

mardi 14 mars 2017

" La dernier prise au Mali, celle de Mmi Ould Cheick, est une grosse prise. Il est le patron de Kounta Dallah. "
Q : Un an après les attaques de Grand-Bassam, monsieur le ministre d’Etat, ou en est-on avec les enquêtes ?

Hamed Bakayoko : Ce qu’il faut noter, c’est l’enquête avance très bien. Quand il y a ce genre d’attentat, bien souvent on s’arrête à des organisations telle qu’AQMI,AL-Mourabitoun de Mokhtar belmokhtar, etc. la collaboration entre les différents services a permis de mettre des noms sur tous ceux qui ont eu à participer à la conception et à la mise en œuvre de cette attaque 38 personnes ont été arrêtées dont une grande partie en Cote d’Ivoire, au Burkina-Faso, au Mali et au Sénégal. Les enquêtes ont permis de lier les attentats de Ouagadougou et Abidjan. C’était à peu près la même équipe. Donc, nous avons travaillé à démanteler les réseaux dormants en Cote d’Ivoire et dans ces pays. Je peux vous rassurer que ce travail se poursuit. Il faut faire remarquer également que depuis un an, nous avons réussi à protéger notre territoire d’attentat. Ce qui n’est pas un fait banal. Car dans bien d’autres pays, les attaques se répètent. Nous continuons de travailler. A cet effet, nous pensons que la collaboration entre les différents services doit être renforcée afin que nous puissions, et c’est le plus important, démanteler les réseaux dormants. Parce que ce sont eux les réseaux supports qui permettent la réalisation des attentats.
Est-ce que tous les auteurs de l’attaque ont été arrêtes ou vous courez-vous encore derrière quelqu’un ?
HB : On pense que la dernier prise au Mali, celle de Mmi Ould Cheick, est une grosse prise. Il est le patron de Kounta Dallah. Celui-ci était le logisticien qui est venu sur place. Mais le commanditaire, c’est-à-dire Mimi Ould Cheick, a été arrêté. Nous pensons que son interrogatoire va permettre de donner des éléments qui contribueront à arrêter Kounta Dallah ainsi que les autres personnes qui ont participé à la conception et à la mise en œuvre de cet attentat.
Monsieur le ministre, pouvez-vous aujourd’hui, un an après ces horreurs, rassurer les ivoiriens quand à leur sécurité ?
HB : Ce que je peux dire, c’est que nous sommes très concentrés sur la question. C’est un travail de tous les jours. Il ne faut pas baisser la garde. Il faut rester vigilant. Nous avons un plan de surveillance très discret de tous les sites stratégiques, de tous les endroits réservés au public, et nous faisons un travail en amont pour essayer de répertorier toute la communauté de ces personnes. Parce que c’est des personnes qui sont hors système. Dès qu’elles ont un lien, c’est qu’il y a bien à parier qu’elles ont quelque chose à voir avec ces attentats. Donc, nous travaillons à étendre cette toile au-delà de la Cote d’Ivoire sur d’autres pays. Ce sont des éléments d’enquête réalisés en Cote d’Ivoire qui ont permis d’arrêter ces personnes dans ces pays.
Peut-on dire alors que Kounta Dallah court toujours ?
HB : Si vous voulez, on peut le dire ainsi. Mais son patron est pris. Et il est plus important d’avoir le commanditaire que d’avoir un instrument de celui qui a commandé. L’interrogatoire du commanditaire nous permettra d’aller plus loin.

Edito
Newsletter
Inscrivez-vous et recevez régulièrement par email, l'actualité du Ministre:

HAMBAK Direct