Accueil > Actualités > A la une > An 3 de l’appel de Daoukro - La solidification du parti unifié (...)

An 3 de l’appel de Daoukro - La solidification du parti unifié souhaitée

dimanche 17 septembre 2017

Et de 3. Lancé le 17 septembre 2014, l’appel de Daoukro était hier à son troisième anniversaire. Pour la circonstance, la place Henri Konan Bédié de Daoukro a refusé du monde. Venues par centaines de toutes les contrées du pays, les populations de tout âge et des deux sexes ont répondu massivement à l’invitation du comité d’organisation dirigé par Niamien N’goran avec la bénédiction des élus et cadres de l’Iffou. Dans leurs tenues d’apparat, les têtes couronnées n’ont pas voulu se faire conter l’événement. Cette forte mobilisation a mis à rude épreuve le comité d’organisation qui a dû faire preuve d’ingéniosité pour installer les garants de nos us et coutumes dont le nombre grossissait au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient. C’est dans cette belle ambiance que sous le coup de 11h, Henri Konan Bédié a fait son entrée sur la scène des « opérations » où il avait été précédé par les invités d’honneur. Le mercure étant monté d’un cran, les choses sérieuses pouvaient commencer. A sa prise de parole à la fin de la cérémonie, le sage de Daoukro a salué la forte mobilisation de ses invités et la forte présence de la délégation du RDR, conduite par sa toute nouvelle présidente, Henriette Dagri Diabaté, qui s’était fait accompagner de Kandia Camara, la nouvelle secrétaire générale du parti logé à la rue Lepic. Cette présence, selon lui, est la preuve d’un RHDP uni et solidaire. Le président du PDCI a ensuite félicité la nouvelle direction et le succès du congrès du RDR. Revenant sur l’appel qu’il a lancé le 17 septembre 2014, Henri Konan Bédié a rappelé qu’il visait deux objectifs. A savoir assurer le succès du RHDP à la présidentielle de 2015 dans l’intérêt de la Côte d’ Ivoire et de la paix et aboutir à un parti unifié PDCI-RDR pour l’essentiel. Étant entendu que ces deux partis sauront établir entre eux l’alternance au pouvoir dès 2020. « Je bloque ces écrits devenus intangibles pour les militants du PDCI-RDA, le RHDP et pour tous les électeurs ivoiriens et sympathisants », a-t-il mis fin au débat qui est né depuis quelques mois en Côte d’Ivoire. Pour lui, les objectifs recherchés, à travers cet appel, ont été atteints car, fait-il savoir, le président Alassane Ouattara a été plébiscité, avec plus de 83% des voix pour son second mandat, sans compter que lors des élections législatives de 2016, le RHDP a raflé la grande majorité des sièges à l’Assemblée nationale. « Or, voici que depuis quelque temps, la vie du pays semble arrêtée, rivée sur une seule question, celle de l’élection présidentielle de 2020. Toutes les énergies et toutes les intelligences se focalisent sur un seul point, le prochain président de la République. L’année 2020 a acquis, comme le dit un analyste politique, le statut de mantra politique, comme une ‘’prière du soir et du matin’’ », a remarqué le Sphinx de Daoukro.

Les discussions vaines et stériles, a-t-il estimé, mettent à mal la cohésion au sein de l’alliance et la paix au pays. Tout en concédant que dans un couple ou dans une alliance, il peut avoir des hauts et des bas, le président du présidium du RHDP a invité les Ivoiriens à ne pas oublier la crise post-électorale qui a fait plusieurs morts. « Les ambitions sont certes légitimes. Mais elles doivent être orientées, coordonnées. Tout le monde ne peut pas être président de la République et en même temps », a-t-il fait savoir. Pour lui, il faut aller au parti unifie puisque l’alliance résout le problème de la gestion du pays et l’appel de Daoukro balise le problème de succession au pouvoir. Il faut, a conseillé le sage de Daoukro, se mettre au travail et laisser le pouvoir RHDP travailler.

Une position défendue par les différentes personnalités qui l’ont précédé au pupitre. Daniel Kablan Duncan, vice-président de la République, a indiqué qu’il est bon et beau pour les enfants d’une grande famille de vivre ensemble et de se retrouver. L’appel de Daoukro, a relevé Duncan, est un évènement important ; sa célébration renforce et redynamise la cohésion au sein du Rhdp. « L’appel de Daoukro est un appel à la sagesse et de raison. Il faut saluer Bédié et Ouattara qui sont le duo gagnant de la Côte d’Ivoire », a-t-il révélé avant de leur rendre un hommage appuyé.

La toute nouvelle présidente du RDR, Henriette Dagri Diabaté, a souligné pour sa part que l’appel de Daoukro a été un moment important « pas seulement pour nos partis politiques respectifs, mais au-delà, pour toute la Côte d’Ivoire ». Aussi, a-t-elle pris l’engagement avec son équipe de continuer la route ensemble au sein du Rhdp. « Œuvrons ensemble pour la stabilité et la paix. Nous devons toujours placer l’intérêt de notre chère Côte d’Ivoire au-dessus de tous les intérêts », a-t-elle ajouté.

Parrain de la cérémonie, Hamed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de la Défense, a également prôné l’union des Houphouétistes. Pour lui, l’appel de Daoukro a constitué un moment fort du Rhdp. Plus qu’un appel, c’est un pacte pour la paix et le développement, a fait savoir le ministre de la Défense. « Quand ça va chez Bédié et Ouattara, ça va chez nous et le pays se porte mieux. Nous avons le devoir de préserver l’héritage d’Houphouët-Boigny », a insisté le ministre de la Défense. Poursuivant, il a ajouté que le Rhdp qui a rassemblé les Ivoiriens est un parti d’avenir. C’est pourquoi, il a invité les uns et les autres à éviter d’être des faucons, des va-t’en guerre. « Les autres n’attendent que ça, la fissure pour s’infiltrer », a-t-il averti.

Président de la cérémonie, Jeannot Ahoussou Kouadio. a ajouté que le 17 septembre 2014 a entonné l’hymne de la paix, de la fraternité, l’hymne pour le rassemblement autour d’ Alassane Ouattara. « L’appel a été lancé par un homme d’Etat, un visionnaire éclairé qui a montré la voie du dépassement de soi. Ce fut une décision courageuse. Retrouvons-nous autour des valeurs de paix et d’union. Nous n’avons pas à servir aux Ivoiriens nos divergences », a-t-il invité. Pour lui, la politique est faite pour rassembler et non pour diviser. « Nous sommes condamnés à vivre ensemble », a-t-il terminé. En sa qualité de président du comité d’organisation, Niamien N’goran a remercié les populations pour leur forte mobilisation. Au nom de la région, il a exprimé la reconnaissance des populations au chef de l’Etat pour ce qu’il fait pour la région. « Nous lui faisons confiance. Nous souhaitons que soit poursuivie l’expérience du parti unifié qui permet une bonne gestion des affaires d’Etat », a-t-il indiqué. Enfin Zié Daouda, président de la Fondation espoir PDCI, a lui aussi salué ses partenaires dont les contributions ont permis la réussite de l’événement. Il a rassuré sur la pérennité de l’événement et donné rendez-vous pour la 4e édition.

NEWSLETTER

  • RECEVEZ PAR EMAIL L'ACTUALITÉ D'HAMBAK :
Copyright © 2013 - 2017 Hamed BAKAYOKO - Tous droits réservés, Mentions légales
Ce site utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure qualité de navigation. Vos données privées. Propulsé par MYGALIS