Accueil > Actualités > A la une > Véritable immersion dans les milieux de vie...

Véritable immersion dans les milieux de vie...

Le Ministre d’Etat Hamed Bakayoko fait corps avec les commandos à Akandjé

lundi 25 septembre 2017

Véritable immersion dans les milieux de vie du commando-parachutiste. Samedi dernier, le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a fait corps avec les soldats du 1er bataillon de Commandos et de Parachutistes (1er BCP). Parrain des festivités de la Saint-Michel (patron des commandos), le premier responsable de la défense nationale était à la rencontre du chef de corps, le lieutenant-colonel, Chérif Ousmane et de ses hommes dans leur caserne au nouvelle camp d’Akouédo et dans leur tanière d’Akandjé. En effet, pour l’ouverture des festivités, le ministre d’Etat était l’invité de marque de la traditionnelle marche commando. Cette marche pour l’obtention du béret-rouge du commando est partie de l’entrée de la cité Fékessé’’ à la Riviera avec Akandjé comme destination. Il est 7h 30, le ministre d’Etat rejoint les généraux, Touré Sékou chef d’état-major général des armées et Julien Kouamé, chef d’état-major de l’armée de terre sur les lieux du rassemblement. 700 marcheurs, notamment les futurs béret-rouge accompagnés pour la circonstance des anciens parachutistes, de policiers, de douaniers, d’artistes comédiens, d’épouses de militaires, de journalistes et même d’enfants sont mobilisés et déterminés à prendre part à la marche du commando et surtout à découvrir pour beaucoup le réputé camp de formation des commandos, Akandjé situé à 6 kms. Le top départ est donné par le ministre d’Etat qui prend la tête de la marche. C’est avec gaité et surtout les chants des militaires, preuves de leur cohésion, que les uns et les autres entament le parcours initiatique du commando. Les minutes s’égrènent, les goutes de sueurs commencent à tomber des visages et les marcheurs s’enfoncent dans une forêt noire. Les pas s’accélèrent et l’environnement devient de plus en plus austère. Pour avancer, il faut enjamber les bûches et patauger dans la boue. Après une heure de route, les marcheurs sont entièrement trempés de sueurs et beaucoup ne sont plus capables de suivre le rythme. Des groupes se forment. « C’est la marche du commando. On est encore loin du camp. Il faut tenir. Ouvrez les bouches et respirez. Allez, allez, ça fait du bien au corps », galvanise un soldat. Un autre avec qui nous échangeons explique les difficultés du parcours du commando. « C’est parce qu’il ya des civiles parmi nous que nous marchons de temps en temps. Le commando ne marche jamais sur ce parcours. Nous courons et gare au dernier. C’est difficile et très difficile », renseigne-t-il. Deux heures de chemin, les jambes ne tiennent pratiquement plus. Cependant, devant se dresse une côte sinueuse au sommet de laquelle se trouve une résidence construite du temps colonial par le gouverneur Louis-Gustave BINGER. En face, se trouve une lagune et au centre de la cour, une barre de fer qu’il faut toucher en guise d’accomplissement de la mission. Ouf, nous sommes enfin à Akandjé, cet antre du commando qui ne se laisse pas découvrir sans des efforts considérables. Il est 9 heures passées de quelques minutes la marche prend fin avec un message du ministre d’Etat. « On doit respecter les militaires. On doit respecter les commandos. Moi, j’ai vu un petit parcours. Je sais ce qui est derrière ce parcours est encore plus pénible. N’importe qui n’a pas la chance d’avoir le corps et la capacité de résister et de tenir dans de telles épreuves. Je suis venu vous marquer mon respect et ma considération. Je suis venu à ce ministère pour faire de grandes choses avec vous. Vous pouvez compter sur moi. Ensemble, nous allons transformer l’armée de Côte d’Ivoire », a-t-il affirmé sous les applaudissements. Selon lui, le rôle de l’armée c’est de protéger le pays, c’est de défendre la Nation, le drapeau, les institutions de la République. « Nous ne sommes pas là pour gâter. Ceux qui veulent le faire, ce n’est pas avec nous qu’ils le feront. Car, nous sommes là et agissons pour que le pays aille de l’avant », a-t-il dit, avant d’inviter les soldats à la discipline et au respect de la hiérarchie, gage de son succès à la tête du ministère de la Défense. « Aidez-moi à réussir ma mission. Cela se fera dans la discipline dans l’ordre. On va avancer lentement mais surement. La force d’un pays c’est son armée. Quand on parle de la puissance des pays, c’est d’abord leurs armées. Je veux compter sur vous pour que dans le respect de la hiérarchie on transforme l’armée avec vos chefs », a-t-il conclut. Après quoi, il assiste à un exercice de Contre-Terrorisme et de libération d’otages (CTLO), suivi de la réduction d’une résistance localisée savamment exécuté par les commandos. De retour à Abidjan, le ministre, Hamed Bakayoko s’est rendu à la caserne du 1er BCP pour s’imprégner des réalités des soldats. A la fin d’une journée pleine, rendez-vous a été pris pour le vendredi prochain, date de clôture des festivités. Ce jour le public assistera à des sauts en parachutes sur la caserne.
Le ministre d’Etat a promis aux commandos la transformation de leurs conditions de vie et de travail.

Lacina Ouattara

NEWSLETTER

  • RECEVEZ PAR EMAIL L'ACTUALITÉ D'HAMBAK :
Copyright © 2013 - 2017 Hamed BAKAYOKO - Tous droits réservés, Mentions légales
Ce site utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure qualité de navigation. Vos données privées. Propulsé par MYGALIS