Accueil > Actualités > A la une > Abobo/ Hamed Bakayoko sonne la fin de l’anarchie, une autoroute en (...)

Abobo/ Hamed Bakayoko sonne la fin de l’anarchie, une autoroute en projet

Publié le lundi 18 février 2019

La mairie d’Abobo avec à sa tête le Maire Hamed Bakayoko veut donner une image rayonnante à la commune à travers une série de déguerpissement sur les emprises des voies publiques. Après la voie expresse Adjamé-Abobo, la semaine dernière, cap a été mis ce matin sur les alentours de la pharmacie Dokui pour aboutir à la voix expresse Abobo-Adjamé en passant par le quartier Anador. En ce lieu se trouve en fait le tracer d’une grande voie, occupée par des artisans ferronniers et un marché. La libération de cette voie servira à la constitution d’une autoroute.

C’était de l’anarchie totale sur la voie de la pharmacie Dokui. Personne ne pouvait imaginer qu’il existait une route entre la pharmacie Dokui et l’ex-Coco service passant par Anador. Des marchés, des bâtiments, des artisans ferronniers et des petits commerçants de toute sorte occupaient cette grande route.

Désormais ce sera chose possible car même les véhicules pourront circuler sur cette voie. Ce lundi 18 février, très tôt sous le regard vigilant et ferme des forces de l’ordre et de sécurité, les machines de la mairie ont rendu une visite surprise aux occupants de cette emprise qui doit servir de route.

C’est un véritable ouf de soulagement pour les riverains car cette anarchie constituait une véritable source d’insécurité. Plusieurs fumoirs y étaient installés. En plus de la sécurité retrouvée, la population se réjouit du désenclavement de leur quartier car désormais elles ne vont plus marcher des kilomètres pour avoir accès aux véhicules de transport en commun.

Sylla Oumar, habitant du quartier Anador joyeux, fait savoir que « c’est vraiment un grand plaisir pour nous aujourd’hui de voir le nouveau maire faire ce travail. Nous nous voyons maintenant qu’il existait un grand plan qui était caché par le marché ». Oumar invite ses frères et sœurs à qui ce déguerpissement pourrait causer du tort à ne pas se décourager, car selon lui, ce travail est fait pour le bien-être des populations d’Abobo.
La population avait été informée de ce déguerpissement depuis 2014.