Accueil > Actualités > Espace presse > Après une grave crise intercommunautaire à Arrah Les populations ont fumé le (...)

Après une grave crise intercommunautaire à Arrah Les populations ont fumé le calumet de la paix en présence d’ Hamed Bakayoko

vendredi 19 décembre 2014

Le tam-tam parleur a résonné, les masques et danses de réjouissance ont rivalisé d’ardeur , la place Henri Konan Bédié a vibré et la célébration du retour de la paix dans la ville d’Arrah, samedi dernier a tenu toutes ses promesses en présence du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, parrain de la cérémonie. Venues de tout le département d’Arrah et également des départements environnants de la région du Moronou, les populations ont fêté dans la liesse populaire, l’allégresse et la joie le retour de la paix après la crise tragique entre les communautés Agni et Malinké qu’a vécue en février dernier la ville d’Arrah avec son cortège de dégâts importants.

Après avoir réservé un accueil triomphal à leur illustre hôte, elles ont communié avec lui. Du stade municipal où le ministre d’Etat a atterrit en hélicoptère au stade HKB, elles sont sortis massivement pour marquer leur admiration, leur sympathie et surtout leur attachement au ‘’Golden Boy’’ pour tout le travail qu’il abat sur le chemin de la restauration de la sécurité et de la paix en Côte d’Ivoire. « Populations d’Arrah et du Moronou, merci du fond du cœur pour cet accueil chaleureux. Merci pour cette gentillesse qui m’a tant touché. Aujourd’hui je me sens fortement lié au département d’Arrah et à toute la région du Moronou. C’est une visite mémorable qui me marquera longtemps. Car j’ai senti dans vos yeux, de l’amour, de la joie et de la sympathie. Je vous dis merci et je ferrai en sorte d’être à la hauteur de cette estime », s’est réjoui le ministre d’Etat. Avant de revenir sur la nécessité de la paix et de la cohésion sociale pour le développement d’Arrah et du Moronou. Car, selon lui, cette région ne peut pas être en marge de l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020. « Chers jeunes, chères populations vous devrez toujours protéger la paix, sans laquelle rien n’est possible. Il faut toujours faire l’économie de la violence, toujours éviter la division et les palabres. Il faut toujours fait l’effort de la grandeur de ne pas porter le coup, de ne pas aller à l’affrontement. Promettez-moi qu’il aura plus jamais de violences intercommunautaires ici à Arrah », a-t-il recommandé sous un tonnerre d’applaudissement. Selon lui, les habitants d’Arrah doivent s’inspirer de l’exemple du président de la République, Alassane Ouattara et son ainé, le président Henri Konan Bédié qui ont décidé de mettre sur le compte du passé tout ce qui les a divisé hier, pour promouvoir la paix afin de permettre à la Côte d’Ivoire d’être stable et de se développer. « Les deux présidents ont fait la paix comme vous l’avez fait aujourd’hui. Il faut sauvegarder cette paix pour la stabilité de votre région et de toute la Côte d’Ivoire », a-t-il invité. Le débuté, Ané Boni Siméon et le maire, Kouakou Tanoh, le président de la jeunesse communal, Késsé Venance ont rassuré que l’appel du ministre a été entendu et que la paix ne sera plus jamais mise à rude épreuve à Arrah. Ils ont ensuite demandé au ministre d’Etat, dans leurs différentes allocution d’être leur avocat auprès du chef de l’Etat afin que des projets, notamment la construction d’écoles primaires, de lycées, de centres de santé puissent être menés dans le département. Aussi ont-ils souhaité l’achèvement et l’équipement du bloc-opératoire en construction pour sauver des vies, le raccordement du département au forage et l’électrification des villages.
Lacina Ouattara, envoyé spécial
Lg : Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko a communié avec les populations qui ont fait la paix

Des vérités crues aux ‘’ennemis’’ de la cohésion du RHDP

A Arrah, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko n’a pas été tendre avec tous ceux qui manœuvrent contre la cohésion et l’unité dans la grande famille des houphouétistes. Dans un langage franc, il a craché ses vérités crues. Morceaux choisis : « Le président, Henri Konan Bédié, comme vous le savez a lancé un appel pour soutenir le président, Alassane Ouattara. C’est un appel qui est fort de sens. Ça veut dire que pour qu’on puisse se développer, il faut qu’on accepte de renoncer pour l’autre. Le président Bédié aurait pu dire moi aussi je vais être candidat ou bien je vais présenter des candidats. Mais il sait que dans la politique, il y a des périodes, où il faut un minimum de consensus pour qu’on puisse avance vite et loin. Tous les grands pays ont connu ces moments. Il faut un peu de stabilité. C’est comme vous les rois, les chefs, si tous les jours on veut changer le chef, il aura le temps de faire tout ce qu’il veut pour aider les populations. C’est pourquoi nous devrons soutenir le président Bédié dans cet appel. Tout le monde ne peut pas devenir président, tout le monde ne peut pas être ministre. Chacun a son moment. Quand quelqu’un est là et qu’il travaille bien, il faut l’accompagner. Si tu ne peux pas faire plus, il ne faut pas gâter. On attend ça et là des gens, dire ‘’je suis candidat’’. Mais qu’est ce que tu reproche au juste. Tu ne dis pas ce que tu reproche, tu ne peux rien faire de plus, mais tu veux être candidat pour être candidat pour encore divisé la famille et on va encore fait des palabres. On ne doit pas laisser nos ambitions être portées par des petits sentiments. Nos ambitions personnelles ne doivent pas dépasser l’intérêt du pays. Bien souvent c’est l’égo. Moi aussi je veux être par jalousie, par aigreur. On ne peut pas porter un projet pour un pays avec des petits sentiments. Parce que mon ami, mon ex-patron est président, moi aussi je vais être président. Non chacun à sa place. Et c’est la place que Dieu lui a donné. Ce n’est pas parce que ton ami est ministre que tu vas être forcément ministre. Ne soyons pas jaloux des nos amis. Un pays comme la Côte d’Ivoire qui sort d’une crise aigue, il ne faut pas venir fragiliser l’amour, l’union et la paix. Tout le monde est témoin entre le PDCI et le RDR, le président Ouattara et le président Bédié, c’était les palabres. Mais ils ont décidé de dépasser tout ça pour la Côte d’Ivoire. On n’est pas obligé de s’aimer mais on est obligé d’être ensemble pour la Côte d’Ivoire. Parce que la Côte d’Ivoire est au dessus de nous tous. Quand on sort de crise il faut tout faire pour préserver la paix, l’union et la cohésion. Jamais le pays n’a été aussi en chantier. Tout le monde va ressentir les retombées du travail du président Ouattara. Ce que le président Ouattara veut c’est le bien être des populations et le développement de son pays. Vous pouvez lui faire confiance », a-t-il asséné.
Lacina Ouattara

NEWSLETTER

  • RECEVEZ PAR EMAIL L'ACTUALITÉ D'HAMBAK :
Copyright © 2013 - 2017 Hamed BAKAYOKO - Tous droits réservés, Mentions légales
Ce site utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure qualité de navigation. Vos données privées. Propulsé par MYGALIS