Accueil > Actualités > Communiqués > hamed bakayoko : ’état civil est une problématique majeure du développement (...)

hamed bakayoko : ’état civil est une problématique majeure du développement durable

mercredi 18 février 2015

Le ministre d’état, ministre de l’intérieur et de la sécurité Hamed Bakayoko plaide pour la modernisation de l’Etat civil en Côte d’Ivoire

Le ministre d’Etat ivoirien, Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko a présidé, le jeudi 12 février 2015, la cérémonie d’ouverture de la troisième conférence des ministres Africains en Charge de l’Etat civil. C’était à la fondation Félix Houphouët-Boigny. Dans son adresse, le ministre d’Etat a relevé l’impérieuse nécessité d’inscrire parmi les priorités des gouvernements africains, la question de l’Etat civil. Selon lui, l’état civil est une problématique majeure du développement durable. « Comment l’Afrique peut-elle éradiquer les maux qui menacent son équilibre si les politiques publiques ne prennent pas des mesures.

Le travail des enfants, les enfants soldats, la scolarisation de la jeune fille, l’analphabétisme et l’apatridie. Comment nos Etats peuvent se développer, avoir une politique de développement, une carte sanitaire, une carte scolaire, développer des infrastructures adaptées si nous ne disposons pas de données statistiques fiables et constamment mis à jour ? », a-t-il interrogé. Pour le patron de l’Etat civil ivoirien, ces assises doivent constituer un cadre d’échanges dans la mise en oeuvre des objectifs de l’amélioration des services de l’Etat civil en Côte d’Ivoire. « Nous avons le recensement général de la population et des données statistiques planifiées. Mais ces données se font une fois tous les 5 ans ou dix ans. Donc ce n’est pas une photographie type qui peut adresser les problématiques de développement comme on le souhaite. Parce qu’en général, quand on parle de recensement, c’est qu’on est dans un pays sous-développé. Donc le recensement lui-même est une marque de sous-développement. » a-t-il indiqué. Aussi a-t- il préconisé une politique de modernisation de l’Etat civil en Côte d’Ivoire. Surtout avec l’utilisation des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, dans le domaine de l’enregistrement de l’Etat civil. Qui devrait en la matière, résoudre de nombreux problèmes. « En Afrique nous avons beaucoup de données. Mais des données qui ne se parlent pas. Aucune possibilité en Côte d’Ivoire d’avoir toutes les informations sur un individu. Parce que les données ne se parlent pas intelligemment, ne se croisent pas. Alors aujourd’hui les nouvelles technologies ont banalisé ce genre d’applications. Comment croiser les données, comment les faire parler intelligemment ? A partir d’un identifiant qu’on puisse savoir le nom de la personne, son emprunt, sa carte sanitaire comme on dit, son groupe sanguin. C’est tout comme si nous avions cette ambition et c’est ici que nous allons tracer les sillons et d’évoluer vers ces identifiants indiqués », a-t-il dit. Aussi a-t-il dénoncé, les difficultés dans les procédures entre la naissance et la déclaration. Par ailleurs, la ministre Raymonde Goudou a salué la collaboration entre le ministère de la santé et celui de l’Intérieur.

NEWSLETTER

  • RECEVEZ PAR EMAIL L'ACTUALITÉ D'HAMBAK :
Copyright © 2013 - 2017 Hamed BAKAYOKO - Tous droits réservés, Mentions légales
Ce site utilise des cookies afin de vous assurer la meilleure qualité de navigation. Vos données privées. Propulsé par MYGALIS